Parole de membre : Kubuntu

Dans cette rubrique, un membre de l’association s’exprime sur un sujet de son choix portant sur le Libre. Aujourd’hui, c’est Jean, trésorier de l’association, qui nous donne son ressenti sur la distribution Kubutu.

Découverte

Depuis que j’ai découvert GNU Linux (il y a 6 ans) j’ai travaillé exclusivement avec Linux Mint, bien qu’ayant fait mes premières armes avec Ubuntu. Le choix de Mint s’était imposé, tout simplement car c’était une distribution vraiment simple à installer pour un néophyte, avec une reconnaissance du matériel très efficace. Par contre, avec le temps et les mises à jour, j’ai choisi pour le vieux portable de la maison, d’installer Lubuntu, qui s’est avérée parfaitement adaptée à ce vieux matériel (un processeur Pentium cadencé à 1,46 GHz pour 2Go de RAM).

Sur le PC de bureau plus récent et beaucoup plus puissant, Mint 17.3 Cinnamon tournait parfaitement mais j’avais envie de changement. À l’époque où j’ai connu Cenabumix, lors d’une Install party, on m’avait installé sur ma machine une Mageia Kde, mais quelques problèmes avec l’utilisation du scanner et de Wine (qui me sert à faire tourner mon logiciel de comptes bancaires dont je ne veux pas me séparer), m’avait un peu découragé, même si j’avais bien aimé. C’est ce qui m’a poussé à tester Kubuntu en live et ensuite à l’installer.

Remarque : je consulte très régulièrement le site Ubuntu.fr que je trouve très bien documenté et qui m’a permis de trouver les solutions aux quelques problèmes qui parfois se posent lors de l’installation d’un nouveau logiciel ou pour des réglages spécifiques.

 

L’installation de Kubuntu ne m’a posé aucun problème. J’ai depuis longtemps pris l’habitude de sauvegarder mon /home sur un disque dur externe et les fichiers les plus importants sur diverses solutions externes, dont Owncloud et un coffre numérique par ailleurs.

La prise en main a finalement été assez rapide. Comme beaucoup d’utilisateurs J’ai des habitudes de travail auxquelles je tiens. J’aime bien pour le lanceur de menu, l’interface classique (style Gnome ou Cinnamon), mais je ne suis pas du tout rebuté par le menu Kde. Pour l’interface classique, un simple clic droit sur le K du tableau de bord permet de la sélectionner ou de la désélectionner. Au niveau du tableau de bord les raccourcis sont rajoutés avec un simple clic droit sur l’application sélectionnée.

tabord

Aspect Matériel

La configuration du système est accessible en un clic à partir de l’icône « Favoris ».

Clavier (Périphériques d’entrée)

Depuis toujours je déverrouille mes majuscules avec la touche « shift ». Pour activer cette disposition il suffit d’aller dans la configuration du clavier et de choisir l’option « diverses options de compatibilité ».

clavier

Les écrans (Affichage et surveillance)

J’ai 2 écrans sur mon bureau et le paramétrage a été très simple. Détectés automatiquement, il m’a suffit de cliquer sur l’étoile pour activer le principal et de déplacer les écrans pour configurer leurs dispositions physiques.

ecrans

L’imprimante et le scanner

Installation rapide pour ma Brother MFCJ6510DW en suivant les recommandations d’Ubuntu.fr. Par contre pour la partie logicielle j’ai réinstallé « simplescan » que je trouve plus facile à utiliser que « skanlite ».

Aspect Logiciel

Dolphin, le gestionnaire de fichier est très classique on peut très facilement faire apparaître des infos supplémentaires avec l’icône « contrôle » en haut à droite

dolphin

La logithèque « Muon »

On y accède dans Applications/système et ce fut pour moi la découverte d’ une très belle interface, beaucoup plus lisible que celles que j’utilisais auparavant (la « Logithèque » de Lubuntu ou le « gestionnaire de logiciels »sous Mint). L’installation de Wine Gscanpdf, Shotwell s’est faite très rapidement, rien à redire.

muon

Shotwell

Pour la gestion de photos et notamment pour publier sur Piwigo j’ai préféré Shotwell à Gwenview, car Shotwell me permet de créer un nouvel album directement dans ma galerie photo.

Kmail

J’ai eu un peu de mal à configurer Kmail au niveau des comptes, mais il m’a séduit par son interface native que je trouve plus séduisante que celle de Thunderbird, que j’utilise pourtant depuis toujours.

Korganizer

Cet agenda, une application séparée à part entière (pas comme Lightning, un module à installer dans Thunderbird), a été très facile à paramétrer. L’import de mes calendrier d’ Owncloud (usuel et anniversaires et jours fériés) s’est fait en quelques clics en renseignant l’identifiant, le mot de passe et l’url du serveur.

korg

Okular

Sympa car on l’utilise à la maison pour les recettes de cuisine trouvées sur le net enregistrées à l’époque en*.xps (windows) et non converties en pdf.

 

Conclusion

L’essai est concluant. Je suis séduit par cette distribution et son bureau. Le paramétrage est assez aisé et intuitif dés lors qu’on explore la configuration du système. Par contre un souci, à la suite d’une fausse manœuvre, j’ai modifié le paramétrage des fenêtres (polices) et n’ai pas trouvé le moyen de revenir au paramétrage initial alors qu’il y a bien une fonction réglages par défaut. Il me reste à en explorer davantage les arcanes, mais je pense le conserver un bon bout de temps !

Jean

 

2 pensées sur “Parole de membre : Kubuntu

  • 31 janvier 2016 à 16 h 29 min
    Permalink

    Bonjour,

    Je suis un jeune lycéen qui cherche sa voie et j’ai récemment découvert le domaine de l’informatique et plus précisément des hackers. J’aimerais bien apprendre et évoluer aux côtés de hackers. Si vous accepter je vous laisse une adresse mail pour me recontacter .

    Répondre
  • 31 mai 2016 à 17 h 05 min
    Permalink

    Sur un assez vieux Packard-Bell fixe, j’ai essayé d’installer Ubuntu, mais cela bloque après la saisie du mot de passe (il y a plus ou moins moyen de fonctionner avec une option allégée de debugging), puis Kubuntu, et là cela bloque à l’installation.

    Par contre, Lubuntu fonctionne, mais ce n’est pas génial :
    – aucune documentation valable nulle part,
    – présentation très moyenne,
    – Firefox est en anglais,
    – il n’y a pas Libreoffice mais d’autres logiciels légers, etc.
    Je n’ai pas encore compris comment installer Libreoffice et Clamtk.
    J’essayerai de venir à la fête des résistances à Semoy le 3 juillet. J’espère que vous y serez malgré le changement de date.
    Peut-être pourrez-vous m’y indiquer quelques pistes ?

    Répondre

Répondre à Nevil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.